Les frais de transport dépendent de votre commande (en savoir plus)

Vin rosé : quelles différences entre le clair et le foncé ?

Vin rosé : comment expliquer les différences de couleurs ?

 

L’été est déjà bien installé et avec lui son lot d’apéritifs entre amis. Si le vin rosé reste un incontournable de ces moments de partage et de fête, reste encore à choisir le bon. Mais comment choisit-on un vin rosé ? Le vin rosé de Provence est-il à la hauteur de sa réputation ? Sa couleur est-elle un marqueur fiable de qualité ? Tant de questions auxquelles nous allons vous apporter des réponses concrètes ; il en va de votre réputation de fin connaisseur en apéro estival !

La couleur : question de qualité ou de goût ?

 

On connaît donc le rosé clair, voire gris que l’on oppose le plus souvent à un rosé plus foncé couleur abricot à une couleur cerise. Le débat est donc lancé depuis quelques années maintenant. Le vin rosé très clair remportait jusqu’à quelques années tous les suffrages. Voilà qu’aujourd’hui on lui préfère une teinte un peu plus foncée.

En effet, on prête aux rosés plus foncés des arômes plus subtils ; il a plus de corps.

Néanmoins, il semble assez réducteur de qualifier un vin rosé clair de vin d’apéro ; de vin de piètre qualité. S’il est vrai que certains vins peuvent sembler très chers au vu de leurs qualité gustatives, il n’en reste pas moins qu’il s’agit avant tout d’une question de goût. En effet, ce sont les techniques de fabrication et même le terroir qui agissent sur la couleur du vin rosé et sur ses arômes. Trois facteurs essentiels entrent en compte et nous allons les énumérer ici. Cependant, il faut savoir que d’autres facteurs plus subtils peuvent également entrer en jeu.

Les deux principaux facteurs qui font la différence

 

On remarque donc, à l’échelle mondiale, que plus on s’approche des zones septentrionales, plus les rosés sont clairs. C’est notamment le cas pour les pays comme la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, mais également la France. Inversement, les pays comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie et le Portugal produisent un vin plus foncé. Cependant, il ne faut pas oublier qu’au sein d’un même pays, de fortes disparités peuvent se faire ressentir, comme la France par exemple, qui peut aussi bien produire un vin rosé clair que foncé.

 

Pour en revenir aux facteurs principaux, nous en relèverons trois qui influencent grandement la couleur du vin :

 

 

La macération pelliculaire

 

Il s’agit probablement du principal facteur déterminant la couleur du vin. On distinguera alors deux techniques de macération : la saignée et le pressurage.

 

  • La saignée

 

Il s’agit d’une technique très ancienne qui consistera à séparer le jus du raisin de ses parties solides que l’on laissera macérer un minimum de temps (entre 12 et 24 heures). Le jus restant sera alors légèrement coloré à plus foncé en fonction du temps de macération.

 

  • Le pressurage

 

Cette fois-ci le moût macère au contact des peaux comme pour un vin blanc. Là               encore, la durée de macération influencera sur la couleur du vin : plus elle sera longue, plus le vin sera foncé.

 

 

Le cépage

 

Les différences de cépages interviennent également dans la coloration du vin. Certains grains disposent d’une peau plus ou moins épaisse et plus ou moins foncée. Ces mêmes cépages influencent également l’acidité du vin : plus il est orangé, moins il est acide.

Des cépages comme la Clairette rose ou le Grenache gris donneront alors un vin plus clair.

Au contraire, le Merlot, le Carignan ou le Syrah attribueront au vin une couleur plus foncée.

           

 

Et le vin naturel dans tout ça ?

 

Evidemment, le vin naturel n’échappe pas à cette règle. En effet, la présence de pesticides ou non n’influence en aucun cas le fait qu’il soit clair ou foncé. Là encore, les différences de cépages influent grandement. Il faut savoir également que le terroir et le climat peuvent jouer un rôle important. C’est pourquoi un viticulteur comme Jean-Christophe Comor notamment, choisit d’assembler trois cépages pour offrir à son vin en appellation Bandol toutes les subtilités que nous lui connaissons.